Tome n° 8 de la collection Elec
L'obituaire du Saint-Mont (1406) Marie-José Gasse-Grandjean
fol. 2. v° JANUARIUS 16-20 Imprimer

[16 janvier] b. XVII kl. Obiit R. P. D. Michael de Gondrecourt religiosus hujus monasterii sepelitur in capella Sanctae Clarae41, VI januarii anno 1682.

[17 janvier] c. XVI kl. Obiit.

[18 janvier] d. XV kl. Obiit Boneamie de Romarimont 42, et Perrins ses maris, l’an MCCC quatrevint et oct, qui ont donei X sols tollois de cens, pour lor anniversaire, et sunt assigneis ai Romarimont sur lor maisom seant ou bourg, en la Rue de la Curtine43, entre la maisom Jehan Cornat44 d’une part, et la maisom Jehan Savaigat45 d’aultre part, laquelle maisom Jehan Guaidat46 et Ysabel sa feme sunt demorans, et l’ont repris et retenue de nos et de nostre eccleise. Item ait encore donei li dicte Boneamie IIII jornals de champs arables, seans ou finaige de Pont47, et avons les lettres.

[19 janvier] e. XIIII kl. Obiit.

[10 janvier] f. XIII kl. Obiit. Fabiani et Sebastiani martyrum.

Notes

41. Cette chapelle Sainte-Claire (du nom de la troisième abbesse romarimontaine) est citée à quatre reprises dans l’obituaire. Elle était située au sud du mont, près du cimetière. Des fouilles archéologiques y ont révélé la présence de sépultures et donc une destination funéraire. L’Obituaire nous apprend que des religieux du Saint-Mont y furent ensevelis au tournant des XVIIe-XVIIIe siècles : Théodore Camus en 1671 (OSM 21 mars), Robert Ricquechier en 1674 (25 mars) et Emilien Philippe en 1703 (27 nov.) : Jacet sub tumba ante sacellum sanctae Clarae (21 mars) ; Jacet in porticu sacelli sanctæ Claræ (25 mars); sepultus est in sacello sanctae Clarae (27 novembre). Ce sacellum ou petit sanctuaire était à l’époque moderne un centre de pèlerinage. Voir Charles KRAEMER, « Le Saint-Mont : première implantation monastique en Lorraine », in Archéologie médiévale, 19 (1989), p. 63-64 et 77 ; « Le Saint-Mont : un lieu d’inhumations privilégiées dans les Vosges du sud du VIIe au XVIIIe siècle. Approche historique et archéologique », in Annales de la Société d’Emulation des Vosges, 9 (1995-1997), p. 35-37.

42. Cette habitante de Remiremont a vécu vers 1387-1407. Elle était l’épouse de Perrin, fils du barbier dit le Boul Perrin, bourgeois de Remiremont. La notice de sa fondation dans l’Obituaire reprend les termes de la donation qu’elle fit au Saint-Mont en 1387, excepté la réserve qu’elle fit sur la moitié de sa maison où elle souhaitait demeurer de son vivant (ADV, VII H 29). L’année suivante, elle a établi son testament le jour de la fête de saint Hilaire, soit le 18 janvier (ADV, VII H 39, n° 11) ; parallèlement elle a fondé son obit au Saint-Mont (18 janvier également) puis à Remiremont (8 févr. (?), Paris, BnF, ms. n.a.l. 349, p. 52). Son testament est probablement une des lettres auxquelles il est fait allusion dans la notice de l’Obituaire.

43. A Remiremont, la rue de la Courtine, dite aussi rue au dessus du Maisel, se trouvait à l’ouest du bourg, dans le prolongement de la rue de la Xavée. Voir M.-H. RENAUT, Remiremont... , p. 122-124.

44. Jean Cornat d’Auterive est attesté en 1434 (Paris, BnF, ms. n.a.f. 1287, fol. 117).

45. La maison de Jean Savaigat est à nouveau mentionnée en 1400 (OSM 16 sept.). Jehan Savegat est alors décédé.

46. Ce personnage fut peut-être apparenté à Demenge Gueydet, chanoine de Saint-Pierre de Remiremont en 1425 (ADV, VII H 32 ; VII H 37, n° 25), à Matheus dis Gaydas bourgeois de Remiremont (1390 ; ADV, G 2165, n° 4), ou au notaire romarimontain Mengin Mathieu Guedet dont nous conservons un registre (Paris, BnF, ms. n.a.l. 1286).

47. Pont, Vosges, arr. Epinal, cant. Remiremont, hameau de la cne de Dommartin-lès-Remiremont.